Les méfaits du tabagisme sont bien connus

La morbidité due au tabac

Les cancers : le tabac vient en tête de toutes les causes connues de cancers, (poumon, voies aéro-digestives supérieures, vessie…) le risque de cancer du poumon est 10 fois plus élevé chez les fumeurs que les non-fumeurs.

Les maladies cardio-vasculaires liées au tabac sont bien connues : troubles coronariens, accidents cardio-vasculaires cérébraux, artérites …

Le risque d’infarctus du myocarde est multiplié par 3 par l’usage du tabac; chez la femme, ce risque est multiplié par 10 en cas d’usage de contraceptifs oraux associés.

Les maladies artérielles : En France, elles sont responsables de 200.000 décès par an et de 60.000 hospitalisations, entre 12.000 et 15.000 amputations pour artérite des membres inférieurs. Sur 100 artéritiques, 60 seront opérés, 20 amputés; et 30% d’entre eux mourront dans l’année qui suit l’amputation.

La bronchite chronique : on estime à 2 million et demi le nombre de personnes souffrantes de bronchite chronique en France. 50% de ces cas sont dus au tabac.

Les risques pendant la grossesse : la réduction du poids à la naissance, les nouveaux nés sont plus fragiles : bronchites, problèmes rhino-pharyngites…

Le tabagisme passif

Le tabagisme passif expose à un risque réel pour l’entourage, notamment sur les  personnes les plus fragiles : asthmatiques ou femmes enceintes, ainsi le risque de cancer du poumon chez des femmes non fumeuses dont le conjoint fume un paquet par jour est majoré de 50%.

Parents fumeurs = Enfants tousseurs : Ces enfants ont beaucoup plus d’angines et de rhino-pharyngites que ceux des non-fumeurs.

Le tabagisme passif provoque 5.000 morts chaque année en France

En France, le tabagisme est responsable de 65.000 morts prématurés par an, ce qui équivaut à 180 morts par jour.

· 50% des décès sont dus à des cancers.

· 25% des décès à des maladies cardio-vasculaires.

· 25% des décès à des insuffisances respiratoires chroniques.

Les projections pour 2025 font apparaître 165.000 décès dont 55.000 femmes.

Dans le monde, les données récentes montrent qu’environ deux millions de morts sont dûs chaque année au tabagisme. On estime qu’entre 1950 et l’an 2000, le nombre de décès liés au tabac va s’élever à environ 60 millions d’individus.

Au moins 100 millions de vies pourraient être épargnées à travers le monde si la prévalence des fumeurs était réduite de 5% d’ici à 2020 (The Lancet – mai 2007)

En raison de toutes ces données le combat contre le tabagisme doit être mené et encouragé car ce fléau coûte très cher à la collectivité, en terme de vie humaine et en coût économique

LEGISLATIONS sur le TABAC

Face à ce constat, en renforcement de la loi EVIN – 1992, le Gouvernement a annoncé, le 8 novembre 2006, sa décision d’interdire le tabac dans les lieux publics :

Le décret n° 2006-1386 du 15 novembre 2006 fixe les conditions d’application de l’interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif.

Cette interdiction s’appliquera en deux temps :

Dès le 1er février 2007, dans tous les lieux fermés et couverts accueillant du public ou qui constituent des lieux de travail, dans les établissement de santé, dans l’ensemble des transports en commun, et dans toute l’enceinte (y compris les endroits ouverts telles les cours d’écoles) des écoles, collèges et lycées publics et privés, ainsi que des établissements destinés à l’accueil, à la formation ou à l’hébergement des mineurs.
A partir de janvier 2008, dans les débits de boissons, hôtels, restaurants, débits de tabac, casinos, cercles de jeux et discothèques, afin de leur permettre l’aménagement, éventuel, d’un emplacement fumeurs.

****************************

Page précédente

Publicités